Électricité favorable via le module de balcon

L’énergie solaire de la prise

Électricité favorable via le module de balcon

Prise de courant, compteur d’électricité et exigences d’enregistrement: comment, par exemple, les locataires d’un appartement peuvent générer de l’énergie à l’aide de cellules solaires elles-mêmes.

Vue d'un immeuble résidentiel. Sur un balcon, un module solaire est visible

Nain d’origine solaire: mini module solaire sur un balcon  Photo: indielux / dpa-tmn

FREIBURG taz | Au début, on parlait de photovoltaïque de guérilla, de centrales rebelles ou (surtout en Autriche) de nains d’énergie solaire. Aujourd’hui, ils sont simplement appelés modules de balcon ou PV plug-in. Il s’agit de modules solaires branchés sur la prise domestique pour permettre aux locataires de disposer d’une énergie solaire bon marché. Les opérateurs de réseau reçoivent de plus en plus de demandes de ce type – et la ville de Fribourg est déjà en train de discuter de la promotion de tels mini-systèmes.

Le sujet gagne en importance depuis qu’une nouvelle norme technique a sorti les modules de fiches de la zone grise légale. Dans la ville solaire de Fribourg, par exemple, le fournisseur Badenova rend compte des demandes initiales des clients et suppose que cet intérêt continuera de croître. Aussi le réseau électrique de Berlin, le réseau électrique de Hambourg et le Stadtwerke Munich avaient déjà des demandes de renseignements.

Sebastian Müller, du district de Fribourg-en-Brisgau Mooswald, fait partie des pionniers. Il a récemment acheté un module de 300 watts pour réduire sa facture d’électricité. Le coût du module, frais de port compris, s’élève à 350 euros, plus 20 euros pour les câbles, explique Müller. Dans un endroit non ombragé, il peut produire environ 300 kilowattheures d’électricité par an avec un alignement optimal.

Si cela est complètement consommé dans le ménage et remplace ainsi l’électricité du secteur, la facture d’électricité baisse d’environ 80 euros par an. En raison de la physique, c’est toujours la propre électricité qui est consommée avant que l’électricité soit tirée du réseau.

Et pourtant, la pratique n’est pas aussi simple que cela en a l’air au début. Parce que l’utilisation de la prise normale – le Schukodose – n’est pas autorisée en vertu des règles techniques en vigueur. Vous devez monter ou monter une boîte d’alimentation spéciale; un modèle commun est la boîte de Wieland.

Et qui assemble la nouvelle boîte?

Le change coûte de l’argent, c’est pourquoi la ville de Fribourg a déjà l’idée de promouvoir la conversion. La ville trouve le concept d’électricité de balcon « très intéressant », a déclaré Klaus von Zahn, chef de l’Agence de protection de l’environnement. Au cours de l’année, lors de la révision du programme de financement municipal « Rénovation énergétique », il sera vérifié si la ville peut également accueillir des modules de balcon.

Selon la réglementation en vigueur, une prise d’alimentation spéciale est nécessaire, ce qui coûte bien sûr de l’argent.

La question en litige est de savoir qui a monté la nouvelle boîte. L’association d’ingénierie électrique VDE explique que l’échange doit être « effectué par un électricien qualifié ». Il en résulte une situation étrange: chaque bricoleur remplace lui-même une prise de courant ordinaire, si nécessaire, et délocalise parfois des installations électriques entières lors de l’agrandissement d’une cave, mais nécessite un électricien. Est-ce logique? Florian Regnery du Forum Netztechnik / Netzbetrieb dans le VDE se demande si chaque amélioration résidentielle peut réellement installer une prise de sécurité: « Que ce soit une pratique standard ne signifie pas que cela est autorisé. »

L’insécurité prévaut souvent en ce qui concerne les conditions d’enregistrement. Le module (jusqu’à deux modules sont techniquement non critiques) doit être affiché à l’opérateur du réseau local. Il doit l’accepter s’il répond aux normes techniques. Les premières entreprises – par exemple Westnetz – proposent déjà un formulaire d’enregistrement simplifié pour les systèmes solaires plug-in sur leur page d’accueil.

Entre-temps, une inscription auprès de l’Agence fédérale des réseaux n’est requise que si l’alimentation est également alimentée, mais pas pour une autoconsommation complète de l’électricité, explique la Société allemande pour l’énergie solaire (DGS). Un enregistrement en tant que transaction n’est pas non plus nécessaire si l’on ne réclame aucune rémunération EEG.

Théoriquement, on peut également utiliser la rémunération EEG pour des modules individuels, mais comme la quantité de rachat (si un excédent est généré) est faible, l’effort d’enregistrement doit souvent être disproportionné.

Si vous enregistrez votre module auprès de l’opérateur réseau, cela nécessite généralement un compteur bidirectionnel, qui enregistre également l’alimentation. La réglementation des coûts est différente. Chez Stromnetz Berlin, l’échange du compteur est gratuit, les frais de compteur d’un compteur bidirectionnel ne sont pas différents de ceux d’un compteur de référence normal. Le réseau électrique de Hambourg, quant à lui, facture 13,11 euros supplémentaires par an pour le compteur d’alimentation, de plus les coûts de remplacement du compteur sont à la charge du client.

Mais même en l’absence d’un compteur d’alimentation, le DGS considère que l’alimentation de retour, qui est naturellement faible, est admissible. Si le montant retourné est inférieur à la tolérance de mesure du compteur d’électricité (quatre pour cent des achats annuels d’électricité), un compteur d’électricité en marche arrière n’est pas non plus répréhensible. Le DGS fait ici référence aux entraînements électriques, tels que les ascenseurs, qui fonctionnent temporairement en mode générateur puis alimentent en électricité.

Ainsi, l’utilisation des modules rebelles reste dans la pratique des marges. Et parce que certains amis solaires respectent les règles avec plus de précision que d’autres, la DGS parle d’une part de «rebelles apprivoisés» et d’autre part de «rebelles sauvages».

Plus d’informations sur Internet à l’ adresse : www.pvplug.de

La base technique des modules photovoltaïques bifaciaux (double face) existe depuis les années 1960. Mais c’est seulement avec la chute des prix du verre modulaire que cela est devenu économiquement intéressant. Cette technologie atteindra une part de marché de 35% dans les prochaines années.

La face arrière des modules PV peut également convertir les faisceaux réfléchis (albédo) en électricité. Cela se traduit par de nouvelles applications. En prenant pour exemple une balustrade de balcon, il est assez impressionnant à observer. C’est comme ajouter un deuxième module à l’arrière.

À mon avis, le système photovoltaïque intégré au bâtiment (BIPV) comporte également un élément social important, car cette technologie permet également de réduire considérablement la facture d’électricité des appartements.

Ainsi, avec un bon albédo, comme un plancher de balcon réfléchissant, ces nouveaux modules solaires à double face génèrent près de 500 watts et cela avec une superficie de seulement 2 x 1 mètres. Si on ajoute un bel été avec presque 1400 heures de plein ensoleillement, une telle centrale génère bien et volontiers environ 700 kWh. À un prix supposé de l’électricité de 20 cents par kWh, il s’élève à 140 euros par an. Consacrer 700 euros de moins en électricité en seulement cinq ans, avec un seul module CA branché à la prise Schuko.

Si vous souhaitez recalculer même la poussée d’albédo des modules bifaciaux par rapport aux modules de balcon simples, j’ai fourni un calculateur photovoltaïque de balcon gratuit pour le photovoltaïque en Allemagne.

picture: Hitachi

Modules to Watt to kWh to EUR Calculator – Albedo


Energy in kilowatt-hours (kWh) of force in Watts (W) Calculator and calculation formula.
First select your photovoltaic modules and the suns full load in hours and press the Calculate button:

Enter the amount of modules: PCs
The monetary remuneration or saving in cents: Cent
Albedo Effect on a super reflective Balcony 1.5(0.5)* ρ -bifacial Modules
Enter photovoltaic technology:
Possible power in watts: Watt
Full load time in hours per year: hr
 
 
Energy result in kilowatt hours: kWh
Money result in EUR: EUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code